La Creuse Agricole 08 février 2007 à 00h00 | Par J.B.

Élevage - Éleveurs de chèvres : un métier d’avenir en Creuse

Pays herbager à production bovine dominante, le Limousin dispose d’une filière caprine qui a sa place et ne demande qu’à se développer. Les débouchés sont là !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les caprins : une filière en pleine expansion
Les caprins : une filière en pleine expansion - © D.R.
La filière caprine limousine est en effet structurée et en plein expansion et ce sur l’ensemble de la région. Une centaine de producteurs produisent aujourd’hui 10 millions de Litres collectés par 4 principales laiteries (Berry-Sud-Nord-Limousin, Groupement des Laiteries Coopératives Charentes-Poitou, Lactalis, Riches Monts). La tendance nationale est à l’augmentation de la production en réponse à la consommation de fromage de chèvre toujours en hausse, le production limousine n’échappant pas à la règle. Toutes les laiteries ont besoin d’augmenter le volume collecté pour faire face à la demande y compris celles collectant en Limousin. Il est donc nécessaire d’installer de nouveaux ateliers sur les zones de collecte existantes, soit la mise en place d’un minimum de 20 élevages en Limousin à court terme.
Dans le département de la Creuse, une cinquantaine d’éleveurs livrent environ 5.6 millions de litres de lait de chèvre. L’aire de collecte creusoise s’appuie sur deux bassins de production : au Nord Ouest creusois avec une collecte réalisée par la Coopérative des producteurs caprins Berry-Sud-Nord- Limousin (12 producteurs - 1.5 million de litres), à l’Est creusois avec une collecte réalisée par la Coopérative Riches Monts (41 producteurs - 4.1 millions de litres). Comme au niveau national, la filière caprine creusoise cherche à créer de nouveaux ateliers caprins.
Tableau récapitulatif
Tableau récapitulatif - © D.R.
En effet, il est possible de s’installer de diverses façons : spécialisé ou diversifié, seul ou en société éventuellement avec salariat, en créant un élevage, ou en reprenant et /ou développant un élevage déjà existant. Demain, être éleveur de chèvres en Creuse nécessite en préalable la prise en compte d’éléments indispensables : - une formation et une connaissance pratique de l’élevage caprin - un dimensionnement de son projet en fonction de la main d’œuvre disponible et des objectifs de revenu - une réflexion sur les investissements (foncier, bâtiments, matériels, ….) et la mobilisation des financements - la construction du projet : choix du système de production, constitution du cheptel Quelques repères en élevage caprin laitier en Limousin : 200 chèvres = 1 UTH 150 000 L de lait livré / an marge brute = de 200 à 270 Euros / chèvre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2301 |  0000

Dernier numéro
N° 2301 | 0000

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui