La Creuse Agricole 01 novembre 2013 à 08h00 | Par Actuagri

Écotaxe - Suspension sur tout le territoire

Depuis quelques semaines déjà la tension est montée du côté des opposants à l'écotaxe. Jean-Marc Ayrault a annoncé sa suspension le 29 octobre. Les réactions ne se sont pas faites attendre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault entouré de Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture, et de Guillaume Garot, minsitre délégué à l'agroalimentaire.
Le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault entouré de Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture, et de Guillaume Garot, minsitre délégué à l'agroalimentaire. - © Actuagri

Au-delà des agriculteurs, l'écotaxe suscite beaucoup de rejet dans un climat national où la pression fiscale est désapprouvée par la population. Devant le perron de Matignon, le 29 octobre, c'est la majorité de la presse française qui s'était réunie pour l'occasion. C'est donc après plus d'une heure trente de réunion avec les élus bretons et les ministres concernés (dont Guillaume Garot et Stéphane Le Foll) que le Premier ministre a annoncé la suspension de l'écotaxe sur tout le territoire. « Suspension mais pas suppression », a-t-il nuancé. Pour mettre en oeuvre cette taxe poids lourds, Jean-Marc Ayrault souhaite « un dialogue sincère aux niveaux national et régional ». « Ce dialogue aura pour objectif d'améliorer les dispositions propres à la filière agricole et agroalimentaire », a-t-il explicité. Aucune précision n'a été apportée quant à la durée de la suspension de cette écotaxe mais le Premier ministre a spécifié que la taxe poids lourds doit « être corrigée » car elle reste « utile aux financements des infrastructures de transports, routières ou ferroviaires ». « L'impératif, c'est de dis-cu-ter », a martelé Guillaume Garot, le ministre délégué à l'Agroalimentaire en écho aux propos du Premier ministre. Stéphane Le Foll, qui n'était pas prompt à répondre aux médias à la sortie de la réunion, a tout de même ajouté qu' « un geste avait été fait ». Désormais, c'est à « chacun de prendre ses responsabilités ». Pour lui, cette décision « doit permettre de débloquer la situation », mais celle-ci engendrera « un coût de 800 millions d'euros ». À noter que les élus UMP n'étaient pas présents à la réunion. Seuls les députés socialistes, écologistes ainsi qu'un député de l'UDI avaient fait le déplacement.
Bretagne
À propos de la situation économique et notamment des licenciements dans les abattoirs Doux et Gad, Jean-Marc Ayrault a tenu à rappeler que « l'écotaxe n'est pas la cause de l'agroalimentaire et de sa crise », car elle n'est pas encore entrée en vigueur. Le Premier ministre en appelle désormais à tous les responsables politiques, économiques et sociaux à venir discuter de l'écotaxe mais aussi du plan Bretagne, de plan agroalimentaire et du pacte d'avenir. Les préfets de région et les ministres concernés seront mobilisés « dès demain ». Pour la ministre bretonne de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, cette suspension est un « geste extrêmement courageux ». Les manifestations du week-end du 25 et 26 octobre ont échauffé les esprits et les « bonnets rouges », finistériens - en référence à la révolution antifiscale du XVIIe siècle - ont fait beaucoup parler d'eux dans la presse. « La confrontation doit céder la place au dialogue, et je le dis dans l'intérêt de la Bretagne et du pays tout entier », a répondu Jean-Marc Ayrault. Mais il ne semble pas qu'il ait été entendu car les fameux bonnets rouges ont annoncé sur leur compte Twitter que la manifestation à Quimper prévue le 2 novembre sera maintenue. De son côté, la FNSEA s'engage à participer au dialogue proposé par le Premier ministre mais « refuse et refusera toujours une application qui fragilise l'agriculture et l'agroalimentaire et pénalise les territoires ruraux ». Le syndicat majoritaire n'est pas « contre le principe mais contre l'application de l'écotaxe telle qu'elle était définie jusqu'à présent ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2213 | décembre 2018

Dernier numéro
N° 2213 | décembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui