La Creuse Agricole 28 novembre 2013 à 12h00 | Par AM

Action syndicale FDSEA/JA - [DIAPORAMA] Écotaxe, la taxe de trop

Depuis les actions syndicales menées par les bretons sous les portiques « Écotaxe », la colère des agriculteurs n’a cessé de progresser sur l’ensemble du territoire français en passant par le Limousin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La Croisière © La Creuse agricole et rurale La Croisière, un impressionnat dispositif de gendarmerie protégeait le portique. © La Creuse agricole et rurale La Croisière © La Creuse agricole et rurale La Croisière © La Creuse agricole et rurale Nouhant © La Creuse agricole et rurale Nouhant © La Creuse agricole et rurale Nouhant : ici aussi la gendarmerie s'était déplacé en nombre. © La Creuse agricole et rurale Nouhant © La Creuse agricole et rurale Guéret © La Creuse agricole et rurale Guéret © La Creuse agricole et rurale Les agriculteurs ont été reçus par le préfet de la Creuse Christian Chocquet, ici Pascal Lerousseau, président de la FDSEA 23. © La Creuse agricole et rurale Ce sont l'ensemble des taxes qui ont été dénoncées. © La Creuse agricole et rurale

À l’appel de la FDSEA de la Creuse et des JA, auxquels s’étaient associées la FDSEA de la Haute-Vienne et la FNSEA 03, une grande opération syndicale a été menée, le 27 novembre dernier sur les deux portiques écotaxe aux limites du département de la Creuse à la Croisière et à Nouhant. Rejoints par les agriculteurs des départements voisins, ainsi que par les coopératives avec CCBE, Celmar, et Natea et les négociants creusois, également impactés par la taxe, plus de 150 agriculteurs par site ont pris place dès 10 heures du matin sur les ronds-points stratégiques des axes de l’autoroute A20 et de la route nationale 145. Bien inspirée, la gendarmerie avait fermé l’autoroute A20 rendant la circulation encore plus difficile en créant plusieurs kilomètres de ralentissement.
On assistait à une mobilisation sans précédent des forces de l’ordre sur chacun des sites avec même un véritable ballet aérien des hélicoptères de la gendarmerie. Les compagnies de gendarmes mobiles étaient largement équipées pour intervenir.
À La Croisière, sous les ordres du colonel de gendarmerie et face à l’obstination aveugle du directeur du cabinet du préfet de région, les manifestants n’ont pu approcher le portique à moins de 300 mètres sous peine d’une charge des gendarmes mobiles digne des grands westerns américains. Au terme d’une négociation sans résultat, les manifestant sont restés à une « certaine » distance, le temps de brandir quelques bâches avec pour slogan : « Non aux taxes » ou encore « l’écotaxe tue l’économie agricole ».
Si les sommations et les injonctions des autorités, n’ont pas effrayé pour autant les manifestants, la détermination des agriculteurs est restée intacte face à l’arrogance des représentants des pouvoirs publics du Limousin.

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 6 décembre 2013.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2213 | décembre 2018

Dernier numéro
N° 2213 | décembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui