La Creuse Agricole 08 juillet 2011 a 17h16 | Par Actuagri

Économie - Philippe Chalmin pointe les marges de la grande distribution

Observatoire des prix et des marges.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Dans son premier rapport sur la formation des prix et des marges dans les filières agroalimentaires, le président de l’Observatoire des prix et des marges, Philippe Chalmin, soupçonne les grandes surfaces d’avoir augmenté leurs marges brutes au cours des dix dernières années sans donner de réelles explications.

« La marge brute de la grande distribution apparaît importante ».
Tout en restant prudent sur le caractère normal ou anormal, le président de l’Observatoire des prix et des marges, Philippe Chalmin, considère que la grande distribution a plutôt accru ses marges au cours des dix dernières années. Certes, le président ne porte pas de jugement de valeur, « c’est un constat » précise-t-il mais il reproche néanmoins à la grande distribution de ne pas avoir joué le jeu pendant les travaux qu’il a conduit depuis six mois. « J’ai observé une grande discrétion de la grande distribution, beaucoup d’enseignes n’étant ni présentes, ni représentés ». Aussi les conclusions ne portent que sur les marges brutes et non sur les marges nettes. Reconnaissant in fine que c’était le secteur « où nous avons le plus de clarification à faire dans les mois à venir ». A savoir parvenir aux marges nettes.

Ceci étant, le rapport est allé un peu plus loin que le précédent sur la viande bovine, au mois de janvier dernier. A l’époque, le président de l’Observatoire était arrivé à la conclusion que l’augmentation des marges dans la filière viande (qui agrégeaient celles de transformation et de la distribution) s’expliquait à la fois par les coûts induits par la crise de la vache folle et la modification des habitudes alimentaires vers des produits plus élaborés. Les données dont dispose désormais l’Observatoire permettent, sur la période récente, de distinguer la marge brute de l’industrie de celle de la distribution. En moyenne, de juillet 2010 à mars 2011, les marges industrielles et de distribution représentent respectivement 23 % et 29 % du prix au détail de la viande de la « vache moyenne », la valeur de la matière première agricole (qui doit couvrir le coût de production et le revenu de l’éleveur) y contribuant pour 43 %.

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 8 juillet 2011.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2347 | septembre 2021

Dernier numéro
N° 2347 | septembre 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS