La Creuse Agricole 15 avril 2021 a 07h00 | Par P. Dumont

Des visites pour faire naître des projets

En mars et avril, le dispositif MéthaN-action organise des visites d'unités de méthanisation à destination des porteurs de projets potentiels. La première s'est déroulée sur l'exploitation du Gaec Gaudy à Saint-Junien (87).

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © P. Dumont

Depuis 2018 et sa création par l'ADEME et la Région Nouvelle-Aquitaine, le dispositif MéthaN-action oeuvre au développement de la méthanisation en région. Pour ça, la CRANA et la FRCUMA, en charge de l'animation du programme informent et conseillent les porteurs de projets. À ce jour, 79 unités sont en fonctionnement sur la région. Cela représentait en 2018, 685 000 t de biomasse et 258 GWH d'énergie produite, soit l'équivalent de la consommation énergétique globale de plus de 14 000 foyers néo-aquitains. Dans le cadre de sa mission, MéthaN-action organise ce printemps deux circuits de visite d'unités de méthanisation. Les personnes intéressées ont la possibilité de visiter quatre unités situées en Haute-Vienne, Charente et Pyrénées-Atlantiques. En cogénération ou en injection, elles ont été mises en service entre fin 2019 et fin 2020. La plus « ancienne » est celle du Gaec Gaudy, en fonctionnement depuis octobre 2019. C'est sur celle-ci qu'une vingtaine de participants, porteurs de projet ou étudiants s'étaient donnés rendez-vous le 30 mars.

LivaMétha, une idée vieille de 20 ans
Situé près de Saint-Junien, le Gaec Gaudy élève 250 limousines sur 450 ha. Depuis la visite d'une unité de méthanisation en Allemagne il y a presque 20 ans, l'idée trotte dans la tête de Mathieu Gaudy. Trois ans seront nécessaires au développement du projet et à la construction du méthaniseur par la société Agrikomp. Un investissement de 2,2 MEUR aura été nécessaire, subventionné à 20 %. « Pour moi, la méthanisation, c'est l'avenir de l'agriculture, explique l'éleveur. Aujourd'hui, il est de plus en plus compliqué de vendre nos bêtes. On est obligés de se diversifier. Certes, l'investissement est important : nous avons eu plus de 300 000EUR de terrassement car le sol n'était pas très bon. Notre objectif initial était d'avoir un système simple qui nécessite peu d'entretien et peut fonctionner avec 100 % de fumier. Plusieurs constructeurs proposaient de partir sur une unité plus grosse mais nous avons préféré plus petit pour être sûrs de pouvoir approvisionner ». L'unité de 200 KWh fonctionne depuis 2019 de façon autonome avec une majorité de fumiers bovins (70 %). En complément, Mathieu Gaudy incorpore de l'ensilage de maïs et des CIVEs (seigle+pois) ainsi que les jus de silo et de stabulation en proportions variables selon la saison. « On incorpore en direct par couche, du plus fin au plus épais, explique l'éleveur. Cela représente plus de 8 500 t par an. Le biogaz généré dans le digesteur passe dans le post digesteur puis est refroidit, compressé et passé dans un filtre à charbon qui permet de baisser le taux de soufre. Enfin, il alimente le cogénérateur. S'il y a un excédent de gaz, il est relâché par une soupape et brûlé par une torchère, mais c'est très rare. » Aucun risque d'explosion, le gaz n'est en effet pas compressé. De quoi rassurer le voisinage de même que l'absence d'odeurs du digestat épandu sur les prairies et les cultures (NDLR. l'unité fonctionne sans séparateur de phases). Mathieu Gaudy note aussi d'autres bénéfices de son unité de méthanisation : pas de temps et de coût d'épandage du fumier, moins d'engrais, ... En outre, la chaleur générée par le moteur va prochainement alimenter un séchoir à plat, encore non raccordé pour l'instant. « Cela va nous permettre de réduire les coûts des rations et d'avoir une alimentation de meilleure qualité, poursuit Mathieu Gaudy. On projette de passer de 20 à 30 ha de luzerne et d'y sécher le foin. Nous proposerons aussi des prestations de séchage ». Modulable selon la quantité d'éléments à sécher, le séchoir propulse de l'air à 80 °C et permet par exemple de sécher du bois de chauffage. Du foin à 50 % d'humidité est ainsi sec en une journée. Enfin, en termes de charge de travail, l'exploitant estime à 1 h par jour le temps à consacrer à l'unité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2342 | juillet 2021

Dernier numéro
N° 2342 | juillet 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS