La Creuse Agricole 07 février 2022 a 07h00 | Par Christophe Soulard

Des négociations commerciales « tendues » et « musclées »

Le Gouvernement a réuni le 27 janvier les principaux acteurs des négociations commerciales annuelles. Comme les agriculteurs, il demande l’application totale et rigoureuse de la loi Egalim 2, occasionnant quelques poussées de fièvre dans la chaîne agroalimentaire.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © JC Gutner

De l’avis du ministre de l’Agriculture, Julien Denor­mandie, les négociations entre les représentants des industriels de l’agroalimentaire et ceux de la grande distribution ont été « tendues » et parfois « musclées ». Une situation qui s’explique par le fait que, contrairement aux années précédentes, les négociations se déroulent sous deux contraintes : d’une part celle d’une flambée des cours des matières premières qu’elles soient agricoles ou non (énergie, emballages, etc.) et de l’autre le nécessaire respect de la loi Egalim 2 qui oblige à tenir compte du coût de production (départ cour de ferme) et de façonner la construction du coût final en marche avant. Ce qui suppose de répercuter tout le long de la chaîne les différentes hausses de prix. Nombreux sont les syndicats et fédérations agricoles mais aussi les transformateurs à demander une hausse d’au moins 4 %, voire plus. Or les grandes surfaces qui souhaitent conserver leurs clients et maîtriser le pouvoir d’achat de ces derniers n’entendent pas tomber dans la spirale inflationniste. Cependant, certains « mauvais élèves continuent à demander des baisses de prix », a indiqué Julien Denormandie qui parle de « comportements inacceptables », notamment sur les pénalités logistiques que certains distributeurs appliquent encore. « C’est scandaleux », s’est-il emporté. La loi Egalim 2 change le rapport de force car « il n’est aujourd’hui plus possible de combiner une alliance entre Industriels et grandes enseignes pour ensuite faire porter le poids des économies sur le dos des agriculteurs », a-t-il expliqué, avouant qu’il existe des situations de blocage entre industriels et GMS.

« Pression dans le tube »
Son collègue chargé des PME, Jean-Baptiste Lemoyne a pour sa part, appelé à la « responsabilité de chacun » et indiqué que le nombre de contrats signés fin janvier était plus faible que d’ordinaire. Selon un proche du ministre, il y en aurait 10 % de moins qu’en 2021 à la même date. De même, le nombre de recours au médiateur des relations commerciales agricoles, Thierry Dahan, se révèlent moins nombreuses que l’an dernier et le gouvernement a invité les parties prenantes qui sont bloquées dans leur discussion à recourir à cet intermédiaire. La tension monte à mesure que l’échéance se rapproche. Mais le Gouvernement n’entend pas céder d’un pouce. « Nous restons fermes. Nous ne lâcherons rien », a martelé le ministre de l’Agriculture. Pour preuve, ce ne sont pas moins de 250 contrôles qui ont été effectués par la DGCCRF depuis le début de l’année, dans ce cadre de ces négociations. Elles portent principalement sur la conformité des conditions générales de vente (CGV) avec la loi Egalim 2, sur les réponses apportées par la grande distribution aux industriels et sur la conformité des accords signés, avec la loi précitée. Le Gouvernement espère aboutir à 1 000 contrôles d’ici fin février, certifie-t-on dans l’entourage des ministres. Il reste un mois pour que le tour de table se termine. « Nous ne décalerons pas la date de fin des négociations. C’est le 28 février au soir. Les sanctions prévues seront alors appliquées », ont clairement menacé Julien Denormandie et Jean-Baptiste Lemoyne. « Nous mettons la pression dans le tube », a imagé le ministre de l’Agriculture. Une prochaine réunion du comité des négociations devrait se tenir vers le 20 février, en compagnie des représentants ministériels. À moins de huit jours de la fin des négociations, c’est plus qu’un symbole. C’est un signal d’alarme.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2383 | mai 2022

Dernier numéro
N° 2383 | mai 2022

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous