La Creuse Agricole 11 juillet 2012 à 15h32 | Par A.M.

Creuse - Premiers résultats pour l’étude sur le changement climatique en Creuse

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vincent Cailliez, climatologue à la CDA23, sera présent à la Fête de la Forêt à Royère-de-Vassivière, le 7 juillet à 16h30. Il participera à un colloque sur « Le changement climatique et ses incidences sur la sylviculture en Limousin » où il détaillera notamment les résultats exposés ci-contre.
Vincent Cailliez, climatologue à la CDA23, sera présent à la Fête de la Forêt à Royère-de-Vassivière, le 7 juillet à 16h30. Il participera à un colloque sur « Le changement climatique et ses incidences sur la sylviculture en Limousin » où il détaillera notamment les résultats exposés ci-contre. - © CDA 23

La Chambre d’Agriculture de la Creuse (CDA23) a le plaisir de vous informer que son projet d’adaptation de l’agriculture au changement climatique a reçu les financements extérieurs nécessaires à sa réalisation, sur la période 2012-2014.
La phase d’acquisition de données météorologiques quotidiennes, en vue de leur exploitation en projections climatiques jusque 2040 va pouvoir débuter, de même que la constitution d’un groupe technique de conseillers agricoles de la CDA23, qui aura pour mission d’être une interface entre les attentes de la profession agricole et les implications agronomiques du changement climatique actuel et à venir.
Pour lever les dernières hypothèques scientifiques relatives à ce projet, et achever de convaincre les financeurs, une pré-étude concernant quelques points de mesures thermométriques au pas de temps mensuel a été déroulée au printemps 2012. Elle permet d’afficher d’ores et déjà certains résultats préliminaires.
Au regard de ces quelques points expertisés, la Creuse se situerait sur une tendance d’élévation rapide de la température de +4,5 à +5° C par siècle. La saisonnalité de cette évolution serait également très significative avec une tendance faible en automne et a contrario une tendance de l’ordre de +9° C par siècle sur les températures diurnes du printemps. Cette valeur, située sur une saison cruciale pour l’agriculture, est très largement au delà des analyses effectuées par les modèles physiques de climat (tels que ceux présentés par le GIEC). Elle renforce la pertinence de l’utilisation des projections climatiques qui intègrent les observations réellement effectuées au plus près des territoires.

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 6 juillet 2012.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui