La Creuse Agricole 15 décembre 2012 à 14h38 | Par A.M.

Creuse - Dernière Session de mandature de la Chambre d’Agriculture de la Creuse

La dernière session de mandature de la Chambre d’Agriculture de la Creuse qui s’est déroulée le 3 décembre dernier à Guéret en présence de Claude Serra, Préfet de la Creuse, a permis de faire le tour d’horizon des nombreux sujets d’actualité agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Xavier Nicolle a rappelé les rôles et missions d’Interbev Limousin. © CDA 23 De gauche à droite : M. Snoeck, directeur de la DDCSPP, M. Kholler, directeur de la Direction départementale des territoires, M. Serra, préfet de la Creuse, M. Viollet, président de la Chambre d’ag © CDA 23  © CDA 23 Claude Serra, préfet de la Creuse est notamment intervenu sur les sujets de la suppression de l’aide à l’engraissement et des dégâts de gibier. © CDA 23

Même si Jean-Philippe Viollet, président actuel et candidat à sa succession, n’a pas souhaité présenter un bilan de mandature détaillé, il a toutefois rappelé que son exercice se terminait par un redressement des comptes de l’institution, une tarification des prestations Chambre d’Agriculture les moins chères du Limousin ainsi qu’une proximité de terrain sauvegardée, voir renforcée. Il a, par ailleurs, chaleureusement remercié les équipes politiques et administratives qui ont œuvré a ses côtés tout au long de ces cinq dernières années.

Présentation des rôles et missions de l’Interprofession bovine du Limousin
C’est donc résolument tournée vers l’avenir que cette ultime session de l’année a débuté ses travaux, via tout d’abord, une présentation détaillée d’une structure bien connue par ses actions de communication mais beaucoup moins par ses autres missions : Interbev Limousin, précédemment dénommée Interbolim.
Pour mémoire, Xavier Nicolle, directeur d’Interbev Limousin, a rappellé qu’Interbev est l’Association Nationale Interprofessionnelle du Bétail et des Viandes, fondée le 9 octobre 1979 à l’initiative des organisations représentatives de la filière bétail et viandes. Elle fut créée afin de travailler à améliorer la qualité des produits et défendre les intérêts des acteurs. Avec un budget basé sur les contributions des différents collèges qui la composent et de quelques crédits provenant du programme alimentaire conduit par la DRAAF, la partie la plus visible du travail de l’interprofession régionale bovine porte, comme au niveau national, sur les actions de communication. Cependant, d’autres actions, telles que la déclinaison des accords interprofessionnels, la mise en place des machines à classer dans les abattoirs ou encore le respects des accords « achats enlèvements », sont aussi développées au sein de la structure. De part l’étendu de son action et de sa composition, Interbev Limousin participe aussi à la réflexion régionale globale autour de la politique de développement de la filière bovine.

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 14 décembre 2012.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2222 | février 2019

Dernier numéro
N° 2222 | février 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui