La Creuse Agricole 12 avril 2007 à 00h00 | Par G.D.S.C.C.

Conseil d'Administration du GDSCC - GDCSS : préparation de l’Assemblée Générale et point d’étape

Ce 30 mars, le GDSCC a réuni son Conseil d'Administration afin de préparer l'Assemblée Générale et faire le point sanitaire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le Conseil d'Administration du GDSCC s'est réuni ce 30 mars afin de finaliser le bilan technique et financier de l'année 2006 en vue de l'Assemblée Générale, de dresser un état des lieux sanitaire en cette sortie d'hiver et de préparer la suite de cette campagne.

Résultat d'exploitation équilibré

Avec un budget de deux millions d'euros et après quelques années déficitaires, le GDSCC confirme, pour 2006 comme en 2005, un résultat d'exploitation légèrement positif (1,3 % du compte d'exploitation). Ceci est conforme à l'engagement du Conseil d'Administration du GDSCC, en 1999, lors de la mise en place des premiers allègements de prophylaxie qui était de réduire de 10 % la dépense sanitaire collective relative aux prophylaxies tout en intégrant les nouveaux besoins. Le coût sanitaire collectif pour un élevage moyen « professionnel » creusois (60 vêlages) se situe aux alentours de 490 Euros. Ce coût n'a pas changé depuis 1999 (hors augmentation du coût de la vie) alors qu'a été intégrée la gestion des maladies non-réglementées, notamment l'IBR et le varron. Cela a nécessité une mobilisation des provisions pour actions sanitaires du GDSCC.

Bilan d'étape des prophylaxies bovines et de la visite annuelle obligatoire

Pour la campagne 2006/2007, sur 3.512 cheptels en prophylaxie par prises de sang, au 27 mars 2007, 77 % des élevages ont débuté les prélèvements. Ils sont terminés avec une prophylaxie validée dans 73,5 %. 106 élevages présentent une réalisation insuffisante en nombre d'animaux avec une gestion du dossier par la DDSV pour les cas qui perdurent. Pour les visites annuelles obligatoires, 3.846 élevages bovins sont concernés. Pour 45 % d'entre elles, le compte-rendu de visite est parvenu. Ce chiffre est fortement inférieur à celui de l'année passée à la même date (80 %). La DDSV a rappelé la nécessaire réalisation de ces visites en raison des implications sur le dossier prophylaxies des éleveurs et, ceci, avant le 30 avril. Une demande de coordination de cette date avec la fin de la campagne de prophylaxie, à savoir le 30 juin a été effectuée. La sensibilisation relative aux avortements a été efficace avec une augmentation des signalements : 803 en 2006, 544 en 2005 et 287 en 2004. Pour la campagne actuelle, l'évolution porte notamment sur l'utilisation du carnet sanitaire. Cela représente une obligation réglementaire mais il constitue également un outil de bilan sanitaire indispensable pour l'éleveur d'où l'intérêt de son parfait renseignement.

Poursuite de l'amélioration en IBR

92 % des cheptels sont qualifiés ou préqualifiés en IBR et 8 % sont positifs soit 280 élevages dont 194 avec une prophylaxie terminée et 29 en cours de prophylaxie pour cette campagne. Dans ces cheptels positifs, 32 % (71 cheptels) présentent de nouveaux bovins positifs qui se situent, pour la plupart, dans des classes d'âges possédant déjà des animaux positifs et avec moins de 5 % de nouveaux positifs par rapport à l'ensemble du cheptel. Cependant, 11 cheptels se situent au delà de ce seuil de 5 % avec des atteintes pouvant être considérables d'où la nécessité de pratiquer le vaccination en temps opportun et en fonction des recommandations prodiguées suivant les cas. Cela n'a pas toujours été le cas la campagne précédente. Depuis novembre 2006, la vaccination ou l'élimination des bovins positifs est obligatoire par arrêté ministériel. Les certificats de vaccination n'ayant pas été fournis pour 31 élevages, ils vont faire l'objet de demande de mise en conformité par la DDSV. L'assainissement du département vis à vis de l'IBR constitue un objectif prioritaire. Rappelons que le GDSCC prend en charge de 50 % des frais de vaccination (actes et vaccins) avec le soutien du Conseil Général.

Maîtrise des risques sanitaires : formations éleveurs et bilans sanitaires

Dix formations « éleveur infirmier de son élevage » se sont déroulées avec réalisation des deux journées (l'examen clinique du bovin malade et la bonne utilisation du médicament vétérinaire) depuis l'automne. Le ressenti exprimé par les éleveurs ayant participé est excellent. Cette action se poursuit au cours du printemps et reprendra à l'automne. Tous les éleveurs intéressés sont invités à prendre contact auprès de leur vétérinaire. D'autre part, le groupe de travail mixte éleveurs - vétérinaires, relatif au bilan sanitaire volontaire d'élevage, poursuit l'élaboration de l'outil qui devrait être disponible en septembre.

Fièvre Catarrhale Ovine : solidarité nationale et incertitudes

Comme vous en avez déjà été informés, la Fièvre Catarrhale Ovine a fait son intrusion au nord de la France depuis août 2006. En raison du dispositif de restriction de circulation des ruminants que cela a impliqué, avec de très lourdes conséquences pour les éleveurs des zones réglementées françaises (périmètres interdits, zones de protection et de surveillance), la FNGDS a décidé, avec l'accord de plus de 80 % des GDS français dont le GDSCC, l'apport d'une aide aux éleveurs de cette zone, financée par les intérêts du fonds fièvre aphteuse. D'autre part, avec l'arrivée du printemps et la reprise d'activité des moucherons susceptibles de transmettre cette maladie, l'incertitude demeure quant à l'évolution de cette maladie. Une information spécifique sera présentée lors de la prochaine Assemblée Générale du GDSCC. Nous vous tiendrons informés.

L'épisode de Fièvre Catarrhale Ovine apparu au nord de la France en août 2006 a impliqué de très lourdes conséquences pour les éleveurs des zones réglementées françaises. La FNGDS a décidé, avec l'accord de plus de 80% des GDS français dont le GDSCC, l'apport d'une aide aux éleveurs de cette zone financée par les intérêts du fonds fièvre aphteuse. D'autre part, avec l'arrivée du printemps et la reprise d'activité des moucherons susceptibles de transmettre cette maladie, 
l'incertitude demeure qu
L'épisode de Fièvre Catarrhale Ovine apparu au nord de la France en août 2006 a impliqué de très lourdes conséquences pour les éleveurs des zones réglementées françaises. La FNGDS a décidé, avec l'accord de plus de 80% des GDS français dont le GDSCC, l'apport d'une aide aux éleveurs de cette zone financée par les intérêts du fonds fièvre aphteuse. D'autre part, avec l'arrivée du printemps et la reprise d'activité des moucherons susceptibles de transmettre cette maladie, l'incertitude demeure qu - © D.R.

Protection animale : une saison hivernale favorable

A été également présenté le bilan de la commission « Protection Animale » du GDSCC qui s'était déroulée le matin même. 42 élevages sont actuellement suivis par la commission, 26 en 1ère phase qui correspond à une phase d'appui technique et d'apport de conseils et 16 en 2nde phase qui concerne les élevages persistant dans une situation défavorable et faisant l'objet de verbalisation des infractions. D'autre part, 10 dossiers ont été réglés suite à une amélioration de la situation (5) ou par cessation d'activité (5). La saison hivernale favorable cette année a permis l'amélioration de certaines situations qui restent cependant fragiles. La mobilisation de tous a permis une amélioration significative de la situation, elle doit persister voire se renforcer. Un des éléments clés de la réussite s'avère être la précocité de connaissance des cas et la rapidité d'intervention, dès connaissance d'une situation difficile, n'hésitez pas à nous la signaler rapidement. Une problématique persiste, c'est la difficulté de clore des dossiers difficiles persistants. Pour l'améliorer, il a été décidé, d'une part, de sensibiliser les services de la Préfecture dans le cadre du nouveau Comité Départemental de la Santé et de la Protection Animale et, d'autre part, d'alerter le Procureur de la République sur les difficultés de traitement judiciaire des dossiers.

Assemblée Générale du GDSCC : faites part de vos souhaits ou problématiques

Le GDSCC tiendra son Assemblée Générale le 24 avril prochain. Elle se constitue des 102 délégués cantonaux qui ont été renouvelés lors des dernières réunions cantonales de décembre 2005, avec la présence des différents représentants des organismes publics et agricoles. Si vous désirez que soient traités un souhait ou une problématique spécifique en matière de sanitaire des animaux de rente, quelle que soit l'espèce, faites en part à votre délégué cantonal ou directement au GDSCC.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2303 | octobre 2020

Dernier numéro
N° 2303 | octobre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui