La Creuse Agricole 02 septembre 2013 à 15h17 | Par A.M.

Chénérailles - La crème des chevaux creusois

Le concours départemental de chevaux de trait s’est déroulé le 24 août dernier à Chénérailles. Au programme, la présentation et le jugement des meilleurs spécimens dans chacune des races de trait et la sélection pour les concours régionaux et nationaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 © La Creuse agricole et rurale  © La Creuse agricole et rurale  © La Creuse agricole et rurale

Chénérailles, haut lieu du cheval par ces traditionnelles foires, a accueilli le 24e concours départemental organisé par le syndicat des éleveurs des chevaux de trait de la Creuse. Une cinquantaine d’élevage ont présenté plus de 120 juments et pouliches issues des sélections lors des concours locaux. Percheron, Ardennais, Breton et Comtois ont été scrutés sous tous les angles pour leurs conformations et leurs allures par des jurys professionnels pour déterminer les championnes des championnes.
Pour Éric Masson, membre du jury et éleveur de percheron dans l’Eure « les éleveurs creusois ont fait beaucoup d’efforts ces dernières années pour obtenir des animaux de très bonne qualité et ils n’ont rien à envier à ceux des berceaux de races. Nous avons remarqué de très bonnes juments et de très belles pouliches, mais si nous avions un conseil à leur donner, c’est qu’ils soignent davantage le toilettage de leurs animaux ».
Mais derrière cette belle vitrine de l’élevage équin creusois, se cache « une véritable crise du cheval » indique la présidente du syndicat Nicole Dohey. « Aujourd’hui les marchés sont au plus bas et quasiment tous les élevages perdent de l’argent. Pour bien faire, il faudrait que nous vendions nos poulains plus chers, le double de ce qu’ils valent aujourd’hui, pour rentrer au moins dans nos frais, mais avec la concurrence des pays de l’Est, les engraisseurs italiens préfèrent acheter au meilleur prix ». De la conséquence directe de cette situation des marchés résulte une baisse importante de la jumenterie. Si la moyenne départementale des effectifs se situe entre 3 et 4 jument par élevage, le syndicat craint le pire pour les années à venir. « La seule chose qui nous fait encore tenir c’est notre passion ».

 

Vous retrouverez le palmarès de ce concours dans la Creuse Agricole du 6 septembre 2013.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2205 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 2205 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui