La Creuse Agricole 29 juin 2007 à 00h00 | Par Chambre d'Agriculture

Chambre d’Agriculture - Éleveurs et propriétaires d’étangs confrontés à des réglementations incohérentes

Le classement des étangs en pisciculture à valorisation touristique (P.V.T.) est une dérogation à la réglementation qui gèle potentiellement 1/3 de la surface épandable du département pour les effluents d’élevage, soit plus de 100.000 ha.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Cette dérogation est d’autant plus absurde qu’elle pénalise à la fois les propriétaires d’étangs amenés à faire des travaux importants et onéreux (grilles, pêcheries, canalisations, vidanges, moines), et les éleveurs qui se verront dans l’impossibilité d’épandre leur fumier et d’autres effluents. Ces effluents sont des amendements naturels qui nécessitent, pour leur valorisation agricole et environnementale, d’être épandus sur la quasi totalité du territoire de l’exploitation. Un retrait de 500 mètres en amont des piscicultures exigé pour tous les plans d’épandage correspond à un gel potentiel de 78 ha pour un étang d’un ha. Aujourd’hui, sont concernés les élevages soumis à déclaration et à autorisation. Mais, demain ! Un arrêté est en discussion pour étendre ces dispositions aux élevages relevant du règlement sanitaire départemental, c’est-à-dire à tous les élevages petits et grands. Des réglementations aussi nombreuses qu’incohérentes, et qui pénalisent le milieu naturel sur tous les plans :

Sur le plan environnemental : parce que les étangs ne sont pas protégés des pesticides qui représentent le plus grand danger pour la vie aquatique. Le retrait de la zone d’épandage des effluents des cours d’eau qui alimentent l’étang est de 35 mètres, et celui des points d’eau potable de 50 mètres, et non de 500 mètres.

Sur les productions piscicoles

Ces productions sont traditionnellement conduites en parfaite complémentarité avec les systèmes d’élevage, et en particulier en zone herbagère où les prairies constituent une protection naturelle à l’étang.

Sur la conduite des élevages

Alors que les agriculteurs font des efforts pour valoriser les effluents avec des plans d’épandage et des cahiers d’épandage demandés par les règles de la PAC, ils participent aux recyclages des boues des stations d’épuration par l’épandage.

Éleveurs et propriétaires  d'étangs un vaste sujet.
Éleveurs et propriétaires d'étangs un vaste sujet. - © D.R.
Ils sont sollicités pour d’autres valorisations agronomiques de déchets pour lesquels de plus en plus de surfaces seront nécessaires. L’Administration, en continuant d’ignorer ces considérations pratiques, émet un avis favorable à de telles incohérences, et ensuite elle s’étonne du manque de projets et de vitalité du milieu rural. La Chambre d’Agriculture regrette que les Administrations et les Collectivités, pour contourner la réglementation de la pêche par des dérogations incompréhensibles, proposent de geler plus de 30 % des surfaces agricoles en croyant sauvegarder la pêche de loisir sur les étangs. La Chambre d’Agriculture appelle les instances nationales, régionales, départementales à plus de bon sens et propose de ramener rapidement les retraits des zones d’épandage par rapport à ces étangs à 35 mètres comme pour les cours d’eau. Elle demande le repérage des vrais dangers pour les milieux aquatiques (déprise, manque d’entretien, etc …). La concertation départementale, régionale et nationale devra en préalable ménager les intérêts des agriculteurs et des propriétaires d’étangs. Il faut en effet préserver les capacités d’épandage des agriculteurs et la jouissance des plans d’eau par les propriétaires. Un vaste chantier pour le nouveau Ministre de l’Ecologie.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2303 | octobre 2020

Dernier numéro
N° 2303 | octobre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui