La Creuse Agricole 21 mars 2011 à 08h59 | Par Patricia Olivieri

Cantal - Cette campagne qui n’attire plus les vétérinaires

Seuls 10 % des diplômés des écoles françaises optent pour l'exercice de leur profession en « rurale ». Ces jeunes passionnés témoignent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Arnaud Calmejane et Alexandre Belliard font partie de ces irréductibles jeunes vétérinaires à avoir choisi de faire carrière « dans la rurale ». Une spécialisation en bovins, ruminants et autres animaux d'élevage pour laquelle optent 10 % à peine des 425 diplômés chaque année en moyenne des quatre écoles françaises. L'engouement, c'est clair, est plus porté sur la « canine », voire les Nac, ces nouveaux animaux de compagnie, un genre regroupant furets, perruches, etc., mais aussi des espèces bien plus exotiques. Un phénomène qu'expliquent des horaires à rallonge, la pénibilité du travail, mais aussi, en partie, la féminisation de la profession, déjà ancienne et qui semble s'être stabilisée depuis 2006 autour d'un taux de féminisation des diplômés de l'ordre de 63 %. « Le métier en milieu rural rebute un peu et l'exercer dans le Cantal davantage encore », reconnaît Jacques Monet, président de l'ordre régional des vétérinaires lui-même en activité sur l'arrondissement mauriacois.
[...]
La suite de l'article est à lire dans La Creuse agricole et rurale du vendredi 18 mars.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui