La Creuse Agricole 24 décembre 2020 a 07h00 | Par P.Olivieri

Campagnols terrestres : sur la piste des pissenlits...

Engagés suite aux derniers épisodes de forte pullulation, quatre programmes de recherche sont en cours au niveau du Massif central. Point d’étape avec le Sidam en charge de leur coordination.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © PO

Chargée de mission au Sidam¹, Aude Agenis-Nevers a proposé un point d’étape des quatre programmes de recherche lancés en 2016 à la demande de la profession agricole du Massif central, lors de l’assemblée générale de la FDGDon. Le premier – aujourd’hui achevé – visait à déterminer les causes du déclin des populations de campagnols après une phase de haute densité (au-delà de 200 individus par hectare, il y a déclin l’hiver). L’hypothèse initiale d’une population décimée par un agent pathogène (bactérie...), testée en Franche-Comté, ne s’est pas avérée concluante. « Au contraire, les campagnols sont plutôt gras et bien portants », a-t-elle précisé.

Causes du déclin
Un autre paramètre démographique, une baisse du taux de reproduction, n’est pas non plus en cause ; en revanche, dans cette phase de déclin, on n’observe quasiment plus de jeunes nés au printemps qui semblent migrer sans qu’on en connaisse la cause. Plus inattendu, la densité de fleurs de pissenlits est corrélée avec le taux de croissance de la population. Une corrélation qui est en train d’être étudiée dans le prolongement de ce programme. Deuxième axe, le développement de nouvelles molécules campagnolicides écocompatibles s’est heurté à une impasse. Parmi la dizaine de molécules développées, l’une (la cis-bromadiolone) s’est révélée très prometteuse et peu rémanente. Malheureusement, l’homologation pour usage phytosanitaire de molécules anticoagulantes est désormais impossible au niveau européen, sauf à engager des millions d’euros de recherche pour prouver sa non toxicité.

Piéger les phéromones
La troisième piste, celle du recours à des phéromones comme aide au contrôle des populations de rats taupiers, est entrée dans sa phase 2. La phase 1 a permis d’isoler une soixantaine de composés organiques volatils (dans l’urine et les glandes latérales du rongeur) dont neuf avec une différence mâle/femelle. Une protéine urinaire capable de piéger les phéromones a également été identifiée.
La phase 2 (prévue jusqu’en 2022) va maintenant tester l’efficacité de ces composés odorants volatils en les vaporisant sur des pièges pour évaluer le caractère attirant ou répulsif de ces molécules.

Vaccin contraceptif
Quatrième et dernier programme, celui sur la recherche d’un vaccin à vocation contraceptive.
« L’idée est de faire développer au campagnol une réponse immunitaire contre ses propres spermatozoïdes », a exposé Aude Agenis-Nevers. En laboratoire, des anticorps anti-spermatozoïdes ont pu être créés avec identification de protéines et peptides (morceaux de protéines) immunogéniques.
L’étape suivante est de tester le pouvoir immunogène de ces peptides et en amont d’identifier le bon support du vaccin. Le robot se fait attendre Deux programmes complémentaires ont par ailleurs été engagés : le premier sur les préférences alimentaires du rongeur et le lien avec le déclin démographique, le second sur une robotisation potentielle des moyens de lutte, en l’occurrence de la pose de pièges et appâts particulièrement chronophage. Ce programme de recherche confié à l’Inrae pour mettre au point un prototype de robot autonome tarde en effet à voir le jour faute de financement (le Plan de relance pourrait être appelé à la rescousse) mais pas uniquement selon les responsables agricoles cantaliens : « S’il y a vraiment une volonté des acteurs, ça devrait aller beaucoup plus vite, ça fait quatre, cinq ans, qu’on demande à l’Inrae de coordonner ce projet et d’avancer », se sont agacés les représentants de la profession.

1. Organisme du réseau des chambres d’agriculture du Massif central qui œuvre au développement économique des filières basées sur les ressources propres du Massif.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2347 | septembre 2021

Dernier numéro
N° 2347 | septembre 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous