La Creuse Agricole 08 février 2020 à 07h00 | Par Céline Alanord

Calamité sécheresse : les esprits s’échauffent

Les agriculteurs creusois attendaient cette révision comme une délivrance. Le jeudi 30 janvier, le CNGRA qui devait réétudier le dossier calamités sécheresse 2019 proposé par le département a acté : ça sera un non ferme pour les 37 communes de l’ouest de la Creuse. Une décision mal vécue par ceux restant sur la touche, une indignation et une incompréhension totale pour la FDSEA et JA…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Michaël Magnier, président de JA 23, Christian Arvis, secrétaire général de la FDSEA 23 et Thierry Jamot, président de la FDSEA 23.
De gauche à droite : Michaël Magnier, président de JA 23, Christian Arvis, secrétaire général de la FDSEA 23 et Thierry Jamot, président de la FDSEA 23. - © Céline Alanord

« Le problème c’est qu’on se fout de nous mais aussi des responsables de l’État sur la Creuse » assure Michaël Magnier, président des JA. Fin décembre, après des mois de travail pour bâtir un dossier en collaboration avec la préfecture, le CNGRA rendait son premier verdict : le département se voyait allouer une enveloppe de 11 700 000 €. Un seul hic : la décision d’un zonage excluant l’ouest de la Creuse. « Nous avons travaillé depuis 2019 sur des bilans fourragers pour prouver que la sécheresse était sur tout le territoire. Aucune des données de terrain que nous avons fournies n’a été prise en compte » assure Thierry Jamot, président de la FDSEA 23. Après une action syndicale ayant fait mouche, les syndicats majoritaires obtenaient la révision du dossier creusois. Un dossier qui s’établissait sur de nouveaux prélèvements et qui traduisait une perte fourragère s’élevant à plus de 37 % sur une vingtaine de communes. Une incompréhension face à cette nouvelle réponse négative et « une volonté politique et technocratique de ne rien faire pour nous aider » estime Christian Arvis. Une volonté que les syndicats ont bien l’intention de voir évoluer en programmant d’éventuelles actions pour faire remonter leur mécontentement sur le national : « La Préfète est avec nous. Elle a même eu quelques remontrances parce qu’elle nous soutient. Nous avons le soutien des pouvoirs publics creusois, mais on peut se demander s’il en est de même dans les sphères parisiennes. En un mot, débrouillez-vous ! » explique Christian Arvis. Une image forte dans un contexte agricole déjà très tendu. « Il y a une fracture entre le département et Paris » explique Michaël Magnier. L’idée d’aller faire un tour à la capitale fait son chemin : « tout est envisageable ! ». Une colère certes, mais un plan d’attaque qui reste encore à définir plus clairement. Quoiqu’il en soit la FDSEA et les JA ne comptent pas en rester là et souhaitent aller au bout de leur démarches afin de faire entendre leurs revendications.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Jean (23) | 08 février 2020 à 10:22:32

Je suis localisé dans l'ouest de la Creuse. Que l'on parle de calamité sécheresse, je veux bien. Par contre lorsque je constate que les prés proches de rivières ou ruisseaux ne sont pas mis en pâture depuis plusieurs années, et bien je partage la décision prise. Effectivement, ces prés ne sont pas facilement accessibles en 4X4, mais des troupeaux pouvaient y séjourner lors de la mauvaise période afin d'économiser les prairies artificielles.

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2289 | juillet 2020

Dernier numéro
N° 2289 | juillet 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui