La Creuse Agricole 27 février 2017 à 08h00 | Par Patricia Olivieri

Bruno Dufayet : « Notre chantier : les prix, les prix et encore les prix ! »

Éleveur de salers à Mauriac, Bruno Dufayet a été élu mercredi dernier président de la Fédération nationale bovine. Une mission à forts enjeux alors que l’élevage français est dans la tempête.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le nouveau président de la FNB a fait de la rémunération des éleveurs “un enjeu primordial” de son mandat.
Le nouveau président de la FNB a fait de la rémunération des éleveurs “un enjeu primordial” de son mandat. - © SC

Jusqu’à présent, Bruno Dufayet était surtout connu pour être le « monsieur questions sociétales » de l’interprofession nationale bovine (Interbev), régulièrement convié sur les plateaux TV et dans les conférences sur le sujet pour porter la voix des éleveurs, mais aussi pour son implication forte dans l’émergence de la filière des TJB salers primeurs du Cantal avec la SVA Jean-Rozé. Président de la section bovine de la FDSEA du Cantal, il est depuis mercredi le nouveau président de la Fédération nationale bovine (FNB)1. Une responsabilité immense pour l’éleveur salers mauriacois à l’heure où l’élevage bovins viande vit l’une de ses plus graves crises. Un mandat auquel aucun Cantalien avant lui n’avait accédé, que Bruno Dufayet compte bien mener à bien au sein d’une équipe soudée.

Qu’est-ce qui a présidé à votre candidature ?
Ce n’est pas Bruno Dufayet qui était candidat mais toute une équipe d’administrateurs avec l’objectif de défendre les éleveurs bovins français en étant représentatifs de l’ensemble des systèmes de production et des régions françaises. C’est la force de notre équipe qui comprend des naisseurs purs, des engraisseurs spécialisés, avec une diversité de races, de tailles d’exploitation...

Vous prenez les rênes de la FNB dans un contexte particulièrement dégradé pour les éleveurs bovins. Quelles sont vos priorités ?
L’axe principal du mandat, c’est les prix, les prix et encore les prix. C’est un enjeu primordial quand on voit le niveau de revenus des éleveurs français. Ce sera notre cheval de bataille autour de la démarche Coeur de gamme déjà engagée et dont le but est de créer de nouvelles relations commerciales, plus saines, entre éleveurs, abatteurs et distributeurs. Tout le monde doit comprendre que l’enjeu, aujourd’hui, c’est le maintien d’une production bovine française.

Qu’est-ce qui bloque pour voir cette démarche aboutir à son terme ?
Ce n’est pas un blocage en tant que tel, mais un nécessaire changement de logiciel qui aujourd’hui bugge. Il faut accompagner le mouvement mais c’est un pari qui nous semble complètement jouable. Le Cœur de gamme est aussi une démarche tout à fait en phase avec les demandes du consommateur qui veut une garantie que le produit rémunèrera bien le producteur. C’est aussi la mise en avant de nos systèmes de productions vertueux, qui répondent à des notions de bien-être animal via des exploitations à taille humaine...

Une heure seulement après votre élection, le Ceta (traité commercial entre l’UE et le Canada) était signé. Un mauvais signal...
C’est tout le paradoxe du discours politique : d’un côté, on nous parle de proximité, et dans le même temps, nos parlementaires européens ouvrent les vannes à 70 000 tonnes de viandes majoritairement engraissées au maïs OGM, aux antibiotiques et aux farines animales, qui vont venir déséquilibrer un marché sous haute-tension. C’est un mépris total du monde de l’élevage et de la situation économique que connaissent les éleveurs sur leur ferme depuis plusieurs années déjà. L’élevage a servi de monnaie d’échanges pour l’industrie et d’autres secteurs d’activité. Et nous sommes extrêmement inquiets des conséquences de cet accord. C’est pourquoi nous allons demandé au commissaire Hogan une enveloppe spécifique, prise en dehors des fonds européens dédiés à l’agriculture, pour compenser ce manque à gagner pour l’élevage français et européen. C’est un nouveau combat qui s’ouvre.

Et l’export ?
Avec le Cœur de gamme, c’est une autre priorité : nous sommes toujours dans une stratégie de développer les exportations vers les pays tiers. On sait qu’on a des produits de qualité dont les marchés sont demandeurs, il faut donc tout mettre en œuvre avec les pouvoirs publics français pour accélérer et intensifier ces échanges.

On a le sentiment que ce dossier patine depuis deux ans...
Il y a quelques signaux positifs : avec Israël, le Liban qui recommencent à acheter français,... mais il faut passer à la vitesse supérieure !

Il y a aussi le dossier des attaques contre l’élevage...
Il y a une initiative engagée par la filière, via Interbev, au travers d’un pacte avec la société. La FNB doit en être un acteur majeur, en étant en mode écoute sur les interrogations de nos concitoyens. En faisant également connaître et reconnaître nos pratiques, qu’on a crues acquises de la société. On a peut-être subi une déconnexion entre l’élevage et la société, un lien qu’il faut très vite recréer.

Quel est ce soir (NDLR : mercredi), votre état d’esprit ?
Pour moi, c’est un challenge, un défi qu’il nous faut relever collectivement sachant que la marche n’est pas petite...

1. Après le désistement de Jean-Pierre Fleury. [retour]

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2181 | avril 2018

Dernier numéro
N° 2181 | avril 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous