La Creuse Agricole 07 juin 2010 a 10h25 | Par Cyrielle Delisle

Bons gestes - Prévenir les accidents et les mauvaises postures au travail

Les accidents et les troubles musculo-squelettiques sont encore nombreux dans le monde du travail agricole. Voici quelques éléments de prévention.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Mise en situation lors d’une journée de formation : porter sans forcer sur le dos.
Mise en situation lors d’une journée de formation : porter sans forcer sur le dos. - © D.R.

Les travailleurs agricoles ne sont pas à l’abri des troubles musculo-squelettiques (TMS), première maladie professionnelle en France. La pénibilité de certaines tâches oblige les travailleurs agricoles à prendre des risques pour leur santé. Ces troubles sont liés à une mauvaise posture et à la répétition des gestes. Ils peuvent devenir très handicapants.

 

« Les trois principaux problèmes que je rencontre en agriculture sont apparentés aux gestes et postures liés à la manutention, à la protection contre les bruits et à la gestion des phytosanitaires. Un accident sur trois est lié à la manutention manuelle », commente Christophe Cosmes, conseiller prévention à la MSA d’Eure-et-Loir.

 

Trois volets d’intervention

« Pour diminuer les risques de troubles musculo-squelettiques, les services prévention de la MSA organisent avec des partenaires, des journées d’informations et de prévention afin de limiter les accidents du travail, explique Christophe Cosmes. On distingue de nombreuses causes à ces troubles : la manutention, le port de charges, les positions inconfortables, les mouvements répétitifs, les pressions des mains, les vibrations… ».

 

Pour pallier les risques d’accidents et de troubles, les conseillers prévention de la MSA interviennent sur trois volets : l’outil, le process et la personne. En ce qui concerne l’outil, on veille à ce qu’il soit tenu en état, à sa modernisation si nécessaire et surtout à ce que son utilisation soit conforme à sa destination. Le second volet, « process » se rapporte à tout ce qui fait référence à l’organisation du travail, à la réalisation de bons gestes et d’un process conforme adapté et maîtrisé. Le dernier volet considère la personne en elle-même. Elle doit être sensibilisée, formée et bien équipée individuellement pour réaliser son travail.

 

Evaluer les risques pour intervenir

« Pour prévenir efficacement les accidents et troubles, il convient d’abord d’identifier les facteurs de risques sur le lieu de travail. Nous réalisons donc un diagnostic à la demande des personnes afin de les accompagner sur les trois volets d’intervention. Nous évaluons ensuite leurs besoins avec eux avant de prendre des mesures pratiques pour prévenir ou réduire ces risques. Dans le cas de prises de mesures, une aide financière peut-être envisagée », commente Christophe Cosmes.

 

Pour trouver une solution appropriée aux problèmes des troubles musculo-squelettiques, il importe d’observer soigneusement la situation réelle telle qu’elle se présente sur le lieu de travail, dans la mesure où les facteurs sont très variables et où les lieux de travail sont différents les uns des autres. « Par exemple, selon qu’il s’agit de quelqu’un changeant une roue du tracteur ou de quelqu’un nettoyant une cellule de stockage, on se trouve dans deux situations distinctes. Nous devons alors leur donner la capacité d’analyser les risques en fonction du poste de travail », conclut-il.

 

Exemples de formation

« La pénibilité de certaines tâches oblige les salariés agricoles à prendre des risques pour leur santé. C’est pourquoi, avec la collaboration de la MSA, l’Asavpa (association des salariés agricoles) propose aux salariés agricoles des journées de prévention sur les bons gestes au travail avec pour objectif d’apporter des éléments d’information afin d’éviter les accidents du travail. Sur une journée, on forme les participants sur les gestes et postures à adopter pour éviter le mal de dos, ainsi que les attitudes à proscrire. On explique par exemple comment soulever un sac de ciment, démonter une roue sans aucun risque ni effort musculaire. Nous proposons aussi d’autres formations comme par exemple sur l’utilisation des tronçonneuses à bois, la prévention des risques d’incendie à la ferme, ou encore sur les risques liés aux produits phytosanitaires », explique Daniel Lazier, animateur Asavpa d’Eure-et-Loir.

Les gestes simples à adopter

Plier les jambes pour se baisser et attraper un objet lourd tout en gardant le dos bien droit tout le temps de l’effort.

Porter un casque de protection sur les oreilles pour les travaux bruyants (supérieur à 85 décibels).

Concevoir un atelier en fonction de sa taille. S’il est utilisé par plusieurs personnes, le rendre évolutif.

Pour plus de renseignements contacter le conseiller prévention de votre MSA.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2358 | décembre 2021

Dernier numéro
N° 2358 | décembre 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS