La Creuse Agricole 23 octobre 2019 à 07h00 | Par P.Olivieri

Bien-être animal : un outil pour attester de sa réalité en élevage

L’interprofession a travaillé avec des éleveurs, techniciens, vétérinaires et ONG pour élaborer une grille d’évaluation de la protection animale en élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Emmanuel Bernard, éleveur de charolaises, et Matthieu Tissot ont témoigné des apports de l’outil BoviWell, simple, rapide et vecteur de progrès.
Emmanuel Bernard, éleveur de charolaises, et Matthieu Tissot ont témoigné des apports de l’outil BoviWell, simple, rapide et vecteur de progrès. - © PO

Le bien-être animal s’est imposé ces dernières années comme une des préoccupations premières des consommateurs et citoyens, devançant les questionnements relatifs à l’alimentation animale et l’origine des viandes. Une préoccupation que l’industrie agroalimentaire comme les GMS ont tôt fait de transformer en argument de vente sans que cette notion soit véritablement précisée. Comment définir et évaluer en effet le bien-être animal en élevage et tout au long de la filière ? Comment rassurer consommateurs et citoyens sur le fait que les pratiques de chaque maillon sont respectueuses de ce bien-être animal ? Une mutation des attentes et postures avec l’avènement de « consom’acteurs » dont s’est emparée dès 2015 l’interprofession bétail et viande dans le cadre plus global de son Pacte pour un engagement sociétal. Après un premier cycle d’échanges avec les ONG de protection de l’environnement, Interbev a donc décidé de conduire une pareille concertation avec les associations de pro­tec­tion animale non anti­spé­cis­tes (Welfarm, OABA, CIWF...). Objectif pour la filière : sortir des oppositions stériles pour identifier les champs de convergence, les points de désaccord aussi et les marges d’amélioration pour garantir la protection des animaux et limiter les risques d’antibiorésistance.

Outil de diagnostic en élevage
Dans le cadre d’un groupe de travail animé par Interbev avec l’appui de l’Institut de l’élevage, éleveurs, techniciens de coopératives, vétérinaires... se sont ainsi attachés à élaborer un outil d’évaluation des pratiques de protection animale en élevage. En partant d’une définition du bien-être animal reconnue internationalement par le FAWC (Farm animal welfare council) et basée sur les cinq libertés fondamentales de l’animal. À savoir, l’absence de faim et soif, l’absence de douleur, blessure et maladie, l’absence de peur, détresse, l’absence de contrainte physique (environnement approprié) et la possibilité d’exprimer les comportements naturels propres à l’espèce. Ces risques ont été déclinés en indicateurs précis et objectivés sur les animaux et leur environnement. Au final une grille comportant 36 indicateurs a été élaborée avant d’être testée en élevages pour en mesurer la pertinence, la faisabilité et l’acceptabilité. Un travail qui est venu enrichir un outil informatique existant d’évaluation du bien-être animal, à destination des techniciens d’élevage, mis au point par Boviwell. Avec une triple ambition, résumée par Matthieu Tissot : « Sensibiliser les acteurs de la filière, faire le lien entre bien-être animal et indicateurs techniques sur l’exploitation et identifier les bonnes pratiques susceptibles d’être déployées à grande échelle. » Concrètement, un questionnaire rempli par l’éleveur permet de caractériser ses pratiques sur différents postes : animaux à l’attache ou pas, accès à l’aire d’exercice, modalités d’écornage, indicateurs de santé du troupeau (mammites...),...

Une « réassurance collective »
Suit une phase d’observation du technicien en bâtiment pour évaluer le respect des cinq libertés fondamentales via plusieurs critères : note d’état corporel, nombre d’abreuvoirs, propreté des animaux, surface de couchage, luminosité, blessures, boiteries éventuelles,... S’ajoute un test d’approche et, pour les jeunes bovins et le contrôle des comportements « normaux » : succion... Ce diagnostic aboutit à une note globale de bien-être du troupeau mais il permet surtout de dégager avec le technicien des leviers d’action. Et de se rassurer avant de rassurer le consommateur comme en témoigne Emmanuel Bernard, éleveur de charolaises dans la Nièvre et vice-président de la FNB. Ce dernier confie avoir d’abord perçu cette démarche comme un contrainte supplémentaire « même si personnellement, je suis très sensible à cette question et aux attaques sociétales dont on fait l’objet. Pour moi le bien-être animal n’est pas un problème, je n’ai pas de doute sur mon métier et mes pratiques, mais j’ai vu dans cet outil un outil de réassurance collective et de progrès à mon niveau. » Pragmatique, Emmanuel Bernard attend aussi que tout outil comme tout technicien lui fassent « gagner plus que ce qu’il coûte ». Le diagnostic confirme chez l’éleveur bourguignon un niveau de bien-être animal supérieur à la moyenne avec des points forts comme des animaux particulièrement calme,, un confort élevé mais aussi des axes de progression : l’utilisation d’antidouleurs lors des opérations d’ébourgeonnage ou un abreuvement des jeunes bovins revisité. « On avait un bâtiment d’engraissement des JB datant es années 1980 avec des petites cases et un abreuvoir pour deux cases or un animal doit avoir accès à deux abreuvoirs. On ne pouvait pas construire un bâtiment neuf, du coup on a repensé les cases, fait des lots plus gros, supprimer les barrières pour que les JB accèdent à deux abreuvoirs. C’est une question sur laquelle je ne m’étais pas penchée. Bien sûr, ça n’a pas fait doubler le GMQ des veaux mais ça nous a fait progresser. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui