La Creuse Agricole 06 avril 2007 à 00h00 | Par GDSC

Apport de garantie de cheptel - La garantie de cheptel paratuberculose un outil sanitaire indispensable lors de toute introduction

Du fait des limites des analyses et du caractère insidieux de la paratuberculose, une connaissance du statut du cheptel d’origine représente une information incontournable lors de toute introduction.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La contamination de son cheptel par la paratuberculose peut s’effectuer par l’introduction d’un bovin infecté. Le contrôle individuel présentant de très importantes limites (cf. articles du 16 et 30 mars), à la demande de la FNGDS, l’ACERSA (Association de CERtification en Santé Animale) a élaboré un référentiel technique national d’apport de garantie de cheptel afin de pallier aux insuffisances des examens individuels. Il repose sur l’ensemble des données scientifiques et éléments de terrain recueillis au sein des différentes régions et, en particulier, sur le travail réalisé dans le Limousin. Ce dispositif est à disposition de tous les GDS depuis mai 2004.

Acquisition et maintien de la garantie de cheptel

Deux contrôles négatifs, sur tous les animaux âgés de 24 mois et plus, espacés de 9 mois minimum à 30 mois maximum. Le maintien est assuré par le contrôle des animaux de plus de 24 mois lors de la prophylaxie suivante (9 à 15 mois après second contrôle d’acquisition). Puis, chaque année, au moment de la prophylaxie, sont contrôlés en alternance les animaux âgés de 24 à 72 mois et les introductions âgées d’au moins 18 mois et réalisées depuis 30 mois. Parallèlement, les introductions de bovins de plus de 18 mois sont contrôlées systématiquement en ELISA et PCR avec un Billet de Garantie Conventionnelle. Les animaux provenant de cheptels sous apport de garantie peuvent déroger à ces mesures. Dans les élevages en acquisition ou en entretien de garantie, lorsqu’un animal ou moins de 2 % de l’effectif testé présente un résultat positif, des analyses de confirmation par ELISA et PCR sont effectuées.

Organisation dans notre département

Pour les prophylaxies, l’information correspondant à la situation de l’élevage est inscrite sur les Documents d’Accompagnement des Prélèvements transmis au vétérinaire sanitaire en même temps que la liste des animaux à dépister. L’analyse la plus utilisée pour les dépistages dans le cadre d’apport de garantie de cheptel est la méthode ELISA sur le sang, en raison de sa bonne valeur prédictive négative, son coût adapté et l’obtention rapide des résultats. Une attestation sanitaire relative à cette garantie est transmise par le GDSCC à tout cheptel possédant des résultats favorables.

A qui s’adresse l’apport de garantie ?

La paratuberculose étant majoritairement présente dans les zones à sols acides et humides, les races originaires de ces territoires sont donc les plus exposées. Il s’agit notamment de la Limousine pour notre région, des races laitières issues de Bretagne et Normandie. Notons que bon nombre d’autres zones sont à risques et que cette pathologie peut affecter toutes les races si l’animal est en contact avec la bactérie.

Une mobilisation du Herd-Book Limousin (HBL)…

Conscient de l’impact économique et sanitaire que représente cette pathologie au sein d’un élevage, le HBL impose depuis le 1er janvier 1999, que tout éleveur souhaitant entretenir l’inscription de son cheptel réalise un dépistage vis à vis de la paratuberculose. Dans le même temps, suivant les mêmes objectifs, les stations d’évaluation (Lanaud et Gévial) ont exigé que seuls les veaux provenant de ces élevages puissent participer à ces opérations de testage. Lors de chaque rentrée, nous délivrons une attestation à chaque cheptel sélectionné précisant que le veau et sa mère bénéficient de l’apport de garantie et qu’ils ne font l’objet d’aucune mesure d’exclusion. En effet, la base de la sélection diffuse beaucoup d’animaux à destination d’un grand nombre de cheptels, à partir d’un nombre restreint d’élevages. Outre les garanties génétiques, fondamentales de la base de la sélection, ces élevages doivent aussi apporter un niveau élevé de garanties sanitaires.

…mais aussi les vendeurs d’animaux pour la reproduction de manière régulière ou occasionnels (sélectionneurs, cessation d’activité…)

D’une manière générale, l’apport de garantie ne concerne pas uniquement les sélectionneurs, mais tout cheptel vendeur d’animaux pour la reproduction dans les races concernées par cette problématique et, notamment, les éleveurs arrivant au terme de leur carrière, s’apprêtant à céder leur cheptel. Ceux-ci doivent s’y préparer au moins trois ans à l’avance.

La liste des cheptels sous apport de garantie peut être transmise sur simple demande auprès du GDSCC ou est directement consultable sur notre site Internet www.gdscc.fr. Sachant que tout cheptel adhérent au HBL est soumis à un dépistage de la paratuberculose, cela implique que lors de toute introduction de bovin limousin inscrit, une demande du statut du cheptel d’origine sera effectuée. Dans notre département, situation favorable, 2/3 des cheptels adhérents au HBL apportent cette garantie mais
La liste des cheptels sous apport de garantie peut être transmise sur simple demande auprès du GDSCC ou est directement consultable sur notre site Internet www.gdscc.fr. Sachant que tout cheptel adhérent au HBL est soumis à un dépistage de la paratuberculose, cela implique que lors de toute introduction de bovin limousin inscrit, une demande du statut du cheptel d’origine sera effectuée. Dans notre département, situation favorable, 2/3 des cheptels adhérents au HBL apportent cette garantie mais - © D.R.

Une situation départementale plutôt encourageante

En 2006, sur 111 adhérents au HBL, 66,7 % bénéficient de l’apport de garantie conforme au référentiel technique national. Ce chiffre est en constante augmentation. Notre département affiche donc sur ce sujet un niveau sanitaire très satisfaisant. Au niveau régional, 62 % des élevage HBL sont sous apport de garantie et environ 50 % au niveau national.

Rester vigilant lors des introductions

L’introduction d’un animal au sein d’un cheptel constitue une phase à hauts risques, notamment, vis à vis de la paratuberculose. Lors du contrôle d’achat, il s’avère indispensable de demander une recherche paratuberculose si l’animal est âgé d’au moins 18 mois (s’il est plus jeune, le contrôle est différé) en ELISA et en PCR. Cependant, lorsque l’on sait que les analyses manquent de sensibilité (cf. articles précédents) et sont inopérantes sur les animaux de moins de 18 mois, on comprend l’intérêt majeur de la connaissance du statut du cheptel d’origine et, donc, l’importance que peut représenter un apport de garantie.

Le statut du cheptel d’origine, une information à rechercher systématiquement

La liste des cheptels sous apport de garantie peut vous être transmise sur simple demande auprès du GDSCC ou est directement consultable sur notre site Internet www.gdscc.fr. Sachant que tout cheptel adhérent au HBL est soumis à un dépistage de la paratuberculose, cela implique que lors de toute introduction de bovin limousin inscrit, une demande du statut du cheptel d’origine sera effectuée. Dans notre département, situation favorable, 2/3 des cheptels adhérents au HBL apportent cette garantie mais cela implique aussi qu’1/3 des cheptels ne l’apportent pas !… De plus, nous vous rappelons que l’utilisation du Billet de Garantie Conventionnelle lors de vos transactions, vous permet d’obtenir une aide de 50 % sur vos frais d’analyses si vous recherchez la paratuberculose. N’oubliez pas qu’en matière de paratuberculose, multiplier les facteurs de garantie c’est diminuer les risques ! Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à contacter votre GDSCC et / ou votre vétérinaire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2303 | octobre 2020

Dernier numéro
N° 2303 | octobre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui