La Creuse Agricole 22 février 2015 à 08h00 | Par A.M.

Aller plus loin dans l’organisation de producteurs

Dans le cadre de la tournée des régions initiée par la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), Bruno Verkest, membre du bureau et producteur de lait dans le Loiret était en Auvergne lundi dernier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Gilles Psalmon, Yannick Fialip et Bruno Verkest.
De gauche à droite : Gilles Psalmon, Yannick Fialip et Bruno Verkest. - © SC

La conjoncture laitière était évidemment au menu de cette réunion régionale à laquelle participaient des éleveurs d’Auvergne et du Limousin. Gilles Psalmon, directeur de la FNPL est revenu en détail sur les temps forts de l’année 2014, marquée par un record du prix du lait de l’ordre de 365 euros/1 000 litres tout en temporisant son analyse en indiquant que « ce record restait en dessous des prix pratiqués dans les autres pays ».
Pour le début de l’année 2015, si les tarifs sont en recul, cette situation devrait être passagère, selon la plupart des analystes. « La reprise après la dépression devrait intervenir dans le milieu de l’année, avec à minima un impact pas négatif sur les prix », a estimé Gilles Psalmon. Aujourd’hui, les producteurs attendent de la part des entreprises une ambition et une vision à moyen terme, comme l’a expliqué Bruno Verkest, membre du bureau de la FNPL : « En France, les entreprises mènent une politique contractuelle qui se calent beaucoup sur la politique antérieure des quotas, alors qu’ailleurs en Europe, pour l’instant, nous sommes sur un affichage plus libéral où les entreprises collectent les volumes produits ».
Organisation territoriale
Pour le président de la section régionale laitière, Yannick Fialip, « il y a sans aucun doute la possibilité d’avoir des prix du lait différents entre entreprises ».
À condition toutefois de s’organiser. « Nous ne sommes plus sous le régime des quotas, on se retrouve livrer à nous-mêmes face à des entreprises qui ont le pouvoir. Il nous faut donc aller plus loin dans l’organisation de producteurs pour pouvoir faire jouer la concurrence. Plus on pourra s’organiser, plus on pourra récupérer ce que le marché peut nous apporter », a insisté Bruno Verkest. Dans le Loiret, il a témoigné de son expérience avec la création de l’association des producteurs laitiers du bassin Centre. Une association dite « horizontale » car elle regroupe des producteurs installés sur un territoire délimité mais dont le lait est collecté par des entreprises différentes. Ce type de structuration présente plusieurs avantages : d’une part quand les entreprises rencontrent des problèmes de volumes, les associations territorialisées trouvent tout leur intérêt et d’autre part, les organisations « horizontales » permettent d’aller au-delà de la seule stratégie de son entreprise, et donc de créer un rapport de force dans la négociation. Dans le Massif central, l’association des producteurs de lait du Massif central existe. Il s’agit aujourd’hui de continuer à travailler à sa structuration.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2213 | décembre 2018

Dernier numéro
N° 2213 | décembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui