La Creuse Agricole 14 octobre 2021 a 07h00 | Par Marien BATAILLE Dr Boris BOUBET GDS Creuse - www.gdscreuse.fr

Alerte gale psoroptique ovine : Être très vigilant lors de tout mouvement

Une recrudescence de foyers de gale ovine est actuellement observée dans notre région. Cela implique d'être particulièrement vigilant, notamment lors des mouvements, pour prévenir tout risque de contamination de votre cheptel.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
L'arrivée de nouveaux animaux est une cause majeure de contamination de votre troupeau d'où la nécessité d'être vigilant par rapport à toute introduction.
L'arrivée de nouveaux animaux est une cause majeure de contamination de votre troupeau d'où la nécessité d'être vigilant par rapport à toute introduction. - © GDS Creuse

La gale psoroptique provoque des pertes économiques importantes. Avec l'accroissement des échanges en cheptel ovin, de nouveaux foyers ont été identifiés d'où la nécessité d'être attentif dans la surveillance de votre troupeau et vigilant par rapport à toute introduction ou réintroduction.

Un acarien microscopique
Psoroptes ovis, agent de la gale psoroptique, est un acarien de 500 à 700 µm qui vit sur la peau et se nourrit de débris cutanés et de lymphe. Sa multiplication est rapide et est entièrement réalisée à la surface de l'hôte. La femelle ovigère peut vivre entre 5 et 6 semaines et pond une centaine d'oeufs par jour qu'elle dépose à la surface de la peau, en marge des croûtes épidermiques. Ovales, blancs et nacrés, les oeufs éclosent en 1 à 3 jours (cette durée d'éclosion est prolongée si les oeufs ne sont pas en contact direct avec la peau). Les larves qui en émergent deviennent adultes en 1 semaine.

Un pic d'activité à l'automne, une latence au printemps
L'automne est une période propice au développement de ce parasite. Avec l'augmentation de l'hygrométrie et la diminution de la luminosité, associées à la rentrée des animaux en bergerie, on observe une exacerbation de l'activité des parasites et des symptômes. Au contraire, on constate au printemps une latence parasitaire et un repos l'été. À cette période, les parasites se réfugient dans des zones corporelles privilégiées (fosses infra-orbitaires, périnée, scrotum, plis inguinaux et espace interdigité, conduit auditif).

Des symptômes discrets au départ puis rapidement caractéristiques
Sur les adultes, 40 jours après la contamination, les symptômes débutent par un prurit discret avec apparition de papules jaunâtres (bouton de gale) sur les parties lainées. Ce prurit provoque le réflexe buccal caractéristique lors de grattage des lésions (rire du mouton). La contagion se fait rapidement et on observe quelques animaux avec des mèches de laine tirées. Ensuite, le derme s'épaissit, s'indure, des croûtes se forment, la laine s'arrache par plaques sur les flancs et le dos, laissant à nu une peau enflammée, croûteuse, hyperkératosique. L'évolution conduit à des surinfections bactériennes avec une atteinte de l'état général, une perte d'appétit, des avortements ou la mort par hypothermie et intoxination. Ceci conduit à l'apparition d'animaux galeux chroniques qui pérennisent l'infestation. Sur les agneaux, dans un troupeau atteint, dès l'âge de 8 jours des taches blanches apparaissent à différents endroits du corps (décoloration de la laine par le léchage) d'où la dénomination d'agneau « léopard ». Le diagnostic clinique peut être délicat s'il n'y a pas de lésion et en l'absence d'un test sérologique de troupeau (en cours d'évaluation en France), le raclage cutané reste le seul examen complémentaire réalisable, même si ce test nécessite une certaine habitude et peut manquer de sensibilité.

Plusieurs sources de transmissions
La transmission se fait directement : introduction, rassemblements (foire, concours...), mélanges d'animaux (clôtures déficientes) ou indirectement : chiens, oiseaux, clôtures, matériel de tonte, lieux de grattage (arbres, piquets...). Le parasite adulte peut survivre deux semaines dans le milieu extérieur et jusqu'à quatre semaines pour les femelles ovigères dans des conditions hivernales. Pour les formes immatures, dans des zones particulièrement favorables (souillées par le suint, à l'abri des bâtiments) la survie des acariens pourrait atteindre plusieurs mois.

La vigilance à l'introduction, une étape sanitaire essentielle
Pour éviter la contamination de votre troupeau, vous devez être particulièrement vigilant lors de tout mouvement. N'achetez pas d'animaux dont vous ne connaissez pas la provenance, échangez avec le vendeur pour connaître l'historique sanitaire de son exploitation, isolez pendant au moins 40 jours les animaux et, même s'ils sont apparemment sains, traitez-les avec une lactone macrocyclique (protocole à définir lors de la prescription de votre vétérinaire), voire associée à une application d'acaricide. Une gestion adéquate des mouvements représente une des bases de la gestion sanitaire de votre troupeau et chaque entrée nécessite une attention afin de définir les mesures adaptées. Vous pouvez vous appuyer sur le Billet de garantie conventionnelle (BGC) ovin mis à votre disposition par GDS Creuse. Parallèlement, un programme national de gestion de la gale est en train de se mettre en place. Pour toute information complémentaire, n'hésitez pas à contacter votre vétérinaire ou GDS Creuse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2352 | octobre 2021

Dernier numéro
N° 2352 | octobre 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous