La Creuse Agricole 25 octobre 2022 a 07h00 | Par Christophe Soulard

Agricultrices : entre la loi et les faits

Le think tank Agridées a organisé le 10 octobre, une projection-débat autour du documentaire « Moi agricultrice », qui analyse la manière dont les femmes d’agriculteurs sont, petit à petit, parvenues à devenir (presque) les égaux de leurs homologues masculins. Derrière les avancées juridiques, la réalité semble plus complexe.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © iStock-Jay Yuno

Les jeunes générations d’agricultrices disent merci à leurs aînées pour avoir déblayé le terrain et faire avancer quelques dossiers sur la cause des agricultrices dans le milieu agricole et au sein de la société. Elles sont reconnaissantes envers celles qui « ont été la voix des gens sans voix », selon la formule de Michou Marcusse, l’une des pionnières qui a dédié sa vie à la cause des agricultrices, puisant son engagement auprès de la Jeunesse agricole catholique (JAC), qu’elle rejoint dès l’âge de 14 ans. Elles se reconnaissent aussi dans ce combat qui n’est pas terminé « car il reste encore beaucoup à faire », témoigne Delphine Prunault, la réalisatrice du documentaire. Revenant sur l’adoption en 2019 de la loi qui a accordé aux agricultrices un nombre de jours de congé maternité égal à celui des travailleuses indépendantes et des salariées, elle relate l’exemple d’une jeune agricultrice qui a dû reprendre le travail après seulement deux semaines d’arrêt « parce que le service de remplacement était défaillant […] Il y a la loi et les faits », insiste-t-elle. De même, Muriel Penon, viticultrice et productrice de viande bovine en Charente-Maritime, explique-t-elle avoir peiné « pendant plus de trois ans » avant de trouver sa place dans l’entreprise, alors même « que je suis coexploitante ». La faute « au poids des traditions et à un relent de patriarcat », soutient-elle. On était alors au début des années 2000. Vingt ans après, celle qui est devenue vice-présidente de la Chambre d’agriculture de son département, ne décolère pas contre certaines attitudes toujours tenaces. Ainsi, restée seule sur l’exploitation, elle doit faire face à un vêlage compliqué. Son beau-père vient à son secours. À deux, ils ne parviennent pas à faire sortir le veau. Elle propose d’appeler le voisin. Son beau-père refuse. Muriel s’absente quelques instants et quand elle revient, le voisin était là. Il avait été appelé par son beau-père… « J’étais furieuse », grogne-t-elle, précisant que la scène s’est passée il y a « 15 jours ».

Entre féminisme et sororité
Parmi les nombreux chantiers qui restent à conquérir, les agricultrices entendent avoir plus de visibilité et de responsabilité au sein des instances dirigeantes : syndicalisme, coopératives, Chambres d’agriculture, etc. « Mais faire comprendre à des vieux messieurs qui restent boulonnés sur leur siège qu’il faut céder sa place est très compliqué. Il est difficile de les faire sortir », concède Muriel Penon. Il faut aussi faire comprendre aux dirigeants que laisser sa place aux femmes doit être naturel pour éviter que le couperet législatif ne tombe et n’impose des quotas stricts. Une nouvelle directive européenne de juin 2022 impose d’ailleurs aux entreprises cotées en Bourse d’avoir 33 % de femmes au conseil d’administration ou 40 % parmi les membres non-exécutifs du conseil avant mi-2026. « On essaie de prendre les devants mais on se heurte parfois à des réflexions parfois désagréables : « On ne trouve pas de femmes » ; « Elles ne sont pas disponibles ». « Ce qui est très étonnant quand on sait que 25 % des femmes sont cheffes d’exploitation », remarque fort justement Muriel Penon. Entre féminisme et sororité, les agricultrices « s’appuient aussi sur le collectif pour s’émanciper », remarque Christophe Leschiera, responsable de la communication de Trame qui cite notamment les Groupes de développement agricole (GDA). « Ils leur ont permis de donner confiance en elles », insiste-t-il.
Pour Delphine Prunault, il est primordial pour les jeunes générations de « lutter contre les stéréotypes et les caricatures » selon lesquelles les femmes sont « plus douées avec les animaux, qu’elles feront mieux de la vente directe, etc. » D’autant plus important que si le nombre de jeunes femmes n’a jamais été aussi élevé dans les établissements scolaires et universitaires agricoles, « le nombre d’installations de femmes chef d’exploitation stagne depuis vingt ans », s’inquiète-t-elle sans déterminer les causes du phénomène. Cependant, certaines, à l’image de Géraldine Maréchal, 40 ans, installée en volailles depuis seulement deux ans après une reconversion, ne trouvent pas le milieu « si misogyne que ça. Je n’ai pas subi le plafond de verre. Sur mon exploitation, je prends mes décisions toutes seules », soutient-elle. Comme le souligne ce documentaire tout en pudeur et en justesse, « l’avancée des droits des agricultrices est une longue marche gagnée à tous petits pas ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2408 | décembre 2022

Dernier numéro
N° 2408 | décembre 2022

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
Info FDSEA
» Indice des Fermages 2022
Indice des Fermages 2022