La Creuse Agricole 29 mars 2007 a 00h00 | Par A.M.

Abattoir de Guéret - Une fermeture qui aurait de lourdes conséquences pour l'élevage creusois

Les organisations agricoles, en particulier le syndicalisme jeune et aîné et la Chambre d’Agriculture, se battent depuis des mois aux côtés de M. le Préfet, des Députés MM. Vergnier et Auclair, de la Communauté de Communes et du Conseil Général pour éviter la fermeture définitive de l’abattoir de Guéret.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La Chambre d'Agriculture et les organisations agricoles à vocation générale restent convaincues que la perte de cet outil c'est enlever toute chance de créer de la valeur ajoutée en Creuse par la transformation de la viande et générer des difficultés de commercialisation des animaux produits sur le département. La création de valeur ajoutée reste pourtant un axe fort du projet agricole départemental qui s'appuie en particulier sur la finition des bovins sous signes de qualité. Cet objectif paraissait déjà difficile à tenir compte tenu du contexte économique de production plutôt favorable à la production d'animaux d'élevage. Cet objectif va devenir inaccessible en l'absence d'une cohésion des opérateurs de la filière. La Chambre d'Agriculture a entraîné dans son soutien à l'abattoir les deux autres Compagnies Consulaires (Chambre de Commerce et d'Industrie, et Chambre de Métiers) qui partagent la volonté de maintenir de la valeur ajoutée et de l'emploi sur le département. Les courants commerciaux et économiques nationaux soufflent un vent contraire aux intérêts du département, et il est bien dommage que toutes les forces départementales n'aient pas pu se retrouver pour réagir. Le renoncement affectera pour de nombreuses années les résultats économiques de notre production de viande bovine. Le Président de la Chambre d'Agriculture, le Président de la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs ont soutenu depuis de nombreux mois l'ensemble des initiatives portées par des candidats à la reprise qu'ils soient privés ou coopératifs. La Chambre d'Agriculture a participé aux travaux des Cabinets d'audits pour la reprise qui tous ont montré qu'avec une volonté politique et une organisation de l'abattage et de la commercialisation, des solutions viables pouvaient être montées.
La création de valeur ajoutée, un axe fort du Projet Agricole Départemental qui  'appuie sur la finition des bovins sous signes de qualité.
La création de valeur ajoutée, un axe fort du Projet Agricole Départemental qui 'appuie sur la finition des bovins sous signes de qualité. - © D.R.
A plusieurs reprises, la Chambre d'Agriculture a réuni les opérateurs pour évaluer les apports d'animaux à la nouvelle structure. Tous les engagements signalés ont montré la possibilité d'atteindre le seuil de rentabilité. Elle s'est engagée à participer financièrement à la constitution d'une Société d'Economie Mixte Locale pour l'activité d'abattage aux côtés des opérateurs, de la Communauté de Communes, du département et des deux autres Chambres consulaires. Le mardi 13 mars 2007, le Président de la Chambre d'Agriculture a de nouveau rencontré les opérateurs qui s'étaient portés candidats pour redémarrer l'activité de l'abattoir afin de trouver les accords nécessaires pour assurer le fonctionnement dans la durée. Certes, la Chambre d'Agriculture et les Syndicats ont peu communiqué sur ce travail de fond. En effet, elle n'a pas jugé utile de participer aux nombreuses communications développées ces derniers mois sur ce sujet. Il lui paraissait préférable de participer à la construction d'un projet viable à partir de l'outil performant que représente l'abattoir de Guéret, capable de traiter 15 à 20.000 tonnes par an, et parfaitement aux normes sanitaires actuelles, à la différence des petits abattoirs locaux qui ferment parfois dans d'autres départements. Alors que les soutiens des collectivités et des élus sont acquis, l'échec de toutes les initiatives laisserait une grande amertume d'autant plus que l'abattoir n'a été victime que de la cessation d'activité du Groupe Arcadie affectant tous ses établissements en France, et en aucun cas de problèmes liés à l'abattoir lui-même ou à la production locale. D'ores-et-déjà, les éleveurs qui ont besoin de cet outil se manifestent auprès de nos structures pour soulever les premières difficultés de commercialisation. La Chambre d'Agriculture, la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs demandent que les responsables des organisations de producteurs réagissent et s'engagent dans l'organisation d'une filière viande capable de répondre aux besoins de nos éleveurs dans ce domaine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2348 | septembre 2021

Dernier numéro
N° 2348 | septembre 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous