La Creuse Agricole 05 décembre 2013 à 08h00 | Par Dr Didier Guérin

3e vague du virus Schmallenberg (SBV) - Maladie de Schmallenberg, surveillance pour 2013/2014

La Creuse a été concernée par des cas de SBV congénital ces 2 dernières campagnes. De nouveaux cas liés à des contaminations 2013 précoces (mai/juin) sont actuellement observés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le SBV se caractérise par une diffusion rapide et large dans toute l’Europe à partir de des premiers cas décrits en 2011. © GDS Creuse Tout agneau, veau ou chevreau, fœtus ou nouveau-né avec des malformations constitue une suspicion. Contactez votre vétérinaire sanitaire pour entreprendre un diagnostic. Cela représente une étape indispensable pour une & © GDS Creuse

Le SBV se caractérise par une diffusion rapide et large dans toute l’Europe à partir des premiers cas décrits en 2011. Deux vagues de circulation virale ont été observées en France. Une troisième semble se dessiner. De nouveaux cas liés à des contaminations 2013 précoces (mai/juin) sont actuellement observés.

 

Une maladie émergente en 2011 en Allemagne qui se traduit par des malformations congénitales
Dans le cadre d’investigations relatives à des diarrhées fébriles chez des ruminants, le laboratoire de référence allemand Friedrich-Loeffler-Institut (FLI) a identifié en novembre 2011 un nouvel orthobunyavirus, nommé Schmallenberg virus SBV (en référence à une ville proche des foyers, située à 80 km au Sud-Est de Dortmund). Cet orthobunyavirus affecte les ruminants. L’infection aiguë se manifeste chez les bovins adultes par une hyperthermie, une perte d’appétit, une chute de production chez les vaches laitières, de la diarrhée. Elle provoque également dans le premier tiers de gestation des troubles de la reproduction (retours en chaleur et avortements précoces) qui ne sont pas encore quantifiés. L’infection des femelles gestantes peut se traduire par la naissance d’animaux malformés (arthrogrypose, raccourcissement des tendons du jarret, déformation de la mâchoire, hydranencéphalie…). En raison de la période de sensibilité du fœtus à ce virus (30e au 60e jour de gestation chez la brebis, 80e au 160e jour de gestation chez la vache), les symptômes sont observables 3 à 4 mois après la contamination chez les ovins et 5 à 6 mois après chez les bovins. Le SBV est essentiellement transmis par des insectes piqueurs.

 

Une surveillance clinique depuis janvier 2012 qui se poursuit
La surveillance clinique de l’infection congénitale des agneaux, veaux et chevreaux par le virus SBV a été initiée en France au début du mois de janvier 2012. Lors de la 1re vague (janvier à août 2012), 3 164 élevages ont été déclarés atteints (2 018 bovins, 1 129 ovins et 17 caprins). Pour la 2e vague (septembre 2012 à août 2013), ce sont 1 834 élevages (1 531 bovins, 271 ovins et 32 caprins) qui ont été recensés avec une sous-déclaration des cas. Depuis le 1er septembre 2013, des formes congénitales de SBV ont été observées dans 20 élevages répartis dans 10 départements. Dans ce cadre, la surveillance des formes congénitales se poursuit selon des modalités allégées.

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 29 novembre 2013.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2213 | décembre 2018

Dernier numéro
N° 2213 | décembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui